24 novembre 2010

Perles enfantines

Il y a des jours où on n’a rien à dire. Des jours où les tâches ménagères, sans intérêt, sont le lot de journées moroses. Des jours où le train train quotidien ne nous emmène pas bien loin. Il vaut mieux alors s’abstenir.

 

Et pourtant parfois, au détour d’un chemin, on s’aperçoit que les feuilles d’acanthe qui repoussent dès maintenant ont une belle couleur vernissée verte, dans laquelle le soleil brille. Ici, dans le midi, la nature ne s’arrête jamais.

 

DSC01600__Medium_       

 

On s’aperçoit aussi qu’à l’occasion d’une photo en panoramique, le chien s’est dédoublé. Serait-ce son clone ?

 

DSC01604__Medium_

 

 

 

 

 

 

Et puis il y a ces perles enfantines, celles qui jaillissent à l’occasion d’un exercice et qui nous font bien rire.

 

Vous apprendrez par exemple avec Camille que le métier du cuistot c’est le « cuistonnier »

 

Et si vous ne le saviez pas, pour Evan, le renardeau est le bébé du renard, ça ce n’est pas une surprise. De même le bébé du canard, c’est le « canardeau » et que c’est même pour ça qu’on met un D à la fin de canard ; à moins que ce ne soit parce que le canard va dans l’eau : « le canard d’eau »

Posté par martinev à 19:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Perles enfantines

  • Je n'avais jamais vu de si belles feuilles...
    j'en connais des qui n'ont rien à dire, mais qui en font des tartines de miel...

    Posté par françoise, 24 novembre 2010 à 22:15
  • m'est restée aussi la définition logique d'une copine de ma lointaine 6 ème, mots de la dictée à expliquer : un coq désoeuvré est un coq qui ne pond pas d'oeufs...

    Posté par Martine, 16 décembre 2011 à 08:30
Poster un commentaire